• Accueil
  • Des vêtements électroniques pour charger ton téléphone, ça s’en vient

Des vêtements électroniques pour charger ton téléphone, ça s’en vient

Des vêtements électroniques pour charger ton téléphone, ça s’en vientPixabay

Faire du sport et de l’exercice, ça dépense de l’énergie. C’est bon pour le corps, mais ce qui est dommage, c’est que l’énergie en question se perd au lieu de servir à autre chose. Si seulement il y avait un moyen…

Ah, mais il y en a un. De quoi parle-t-on au juste?

Commençons par une situation concrète : de nombreuses femmes qui font du sport ou de la course à pied et qui sont gênées par les mouvements de leur poitrine optent pour un soutien-gorge sport dans l’espoir d’obtenir plus de maintien, avec des résultats parfois décevants. Il y aurait cependant un bon côté à la chose, et ce, grâce aux progrès de la technologie.

Crois-le ou non, des scientifiques étudient la physique du mouvement des seins depuis les années 1980. C’est le cas de LaJean Lawson, une ancienne professeure en science du sport et de l’exercice à l’Université d’État de l’Oregon, qui a fondé son propre laboratoire de soutiens-gorge (elle se fait maintenant appeler @DrSportsBra sur Twitter!).

Quelques recherches dont les siennes ont indiqué par la suite que l’énergie cinétique des seins durant une séance d’entraînement typique, convertie par des mini-générateurs, serait suffisante pour alimenter un lecteur de musique ou même un téléphone intelligent!

Ce genre de concept existe déjà, comme dans certains sacs à dos pour les militaires, grands randonneurs, travailleurs forestiers ou humanitaires, convertissant les mouvements en électricité pour charger de petits appareils tels que des lampes de poche et des radio-émetteurs, ce qui évite de devoir transporter un lot de piles supplémentaires.

De toute évidence, pareille solution n’est pas pratique pour une femme qui veut simplement jogger. Qui voudrait s’encombrer encore plus juste pour s’assurer d’avoir assez de jus dans son lecteur MP3 ou son téléphone pour finir sa « run »?

C’est ici qu’entre en scène le professeur Zhong Lin Wang de l’Institut de technologie de la Géorgie. Lui et son équipe sont en train de développer un tissu fait de nanofils qui sont 1 000 fois moins larges qu’un cheveu humain. En se frottant ensemble, ceux-ci créent de la friction qui est convertie en courant électrique. C’est discret (rien à voir avec d’autres technologies prêtes-à-porter comme les lunettes Google Glass) et apparemment, ça marche : un mètre carré produirait 80 milliwatts, soit assez pour alimenter un petit appareil.

On pourrait s’en servir pour des soutiens-gorge, mais aussi d’autres vêtements comme un chandail sport. De plus, en créant un tissu à double ou triple épaisseur, la production d’électricité augmenterait considérablement.

Le gros problème, comme tu peux t’en douter, c’est le lavage. La distance entre les nanofils doit rester constante pour qu’ils fonctionnent et, après plusieurs passages dans la laveuse, le tissu risque de se déformer. Il faudra trouver une solution… autre que de ne pas le laver! Wang estime que ce sera chose faite d’ici trois ans.

N’est-ce pas merveilleux? Plus besoin de courir après une prise de courant; il suffira juste… de courir!

En direct de 00:00 à 05:25
1177
100
LIVECogeco LIVE
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.