• Accueil
  • «Nous emmenons deux Québécois qui sont fiers de jouer avec les Canadiens» -Bergevin
98.5 Sports

«Nous emmenons deux Québécois qui sont fiers de jouer avec les Canadiens» -Bergevin

«Nous emmenons deux Québécois qui sont fiers de jouer avec les Canadiens» -BergevinPhotos : archives The Associated Press
Les nouveaux joueurs québécois des Canadiens, Cédric Paquette et David Savard

Le directeur général des Canadiens de Montréal, Marc Bergevin, était fier de ses acquisitions effectuées mercredi ; c’était sans équivoque dans ses propos tenus durant un point de presse.

Il a notamment abordé les arrivées de David Savard et de Cédric Paquette. D’ailleurs, Bergevin ne s’est pas gêné pour vanter les deux Québécois.

«Depuis que nous avons eu la nouvelle sur Shea Weber, c’était important pour nous de le remplacer de manière adéquate. En obtenant David Savard on pense avoir trouvé un joueur semblable. Il est capable de jouer en désavantage numérique, puis il est robuste et intense. On pense avoir trouvé un joueur qui va nous permettre de garder le style défensif qui nous a donné du succès en séries.»

«Dans le cas de Cédric Paquette, c’est un attaquant capable de jouer au centre et à l’aile. Encore là, on parle d’un joueur avec un bon gabarit. Alors on emmène à Montréal deux gars d’ici qui sont fiers de jouer pour les Canadiens.»

Selon Bergevin, ce n’est qu’une coïncidence si ces deux Québécois se retrouvent ici en même temps. Cela n’a rien à voir avec les récentes critiques essuyées par l’organisation au sujet du manque de joueurs locaux dans l’équipe.

«Ça ne change rien. Bien sûr, nous sommes conscients du marché local. On aime aussi nos joueurs francophones. Mais, puisque les joueurs de la LHJMQ ont beaucoup plus joué cette année que ceux d’autres ligues, cela a dû avoir un impact sur notre repêchage cette année. L’an passé, lorsque nous avons joué un match sans Québécois, ce n’était pas parce qu’on ne respectait pas nos partisans… C’était juste un concours de circonstances.»

Par ailleurs, Bergevin a souligné que la langue parlée par un joueur ne peut pas être sa première inquiétude : «Mon travail c’est de mettre une bonne équipe sur la glace. Si on est capable d’aller chercher des Québécois tant mieux. Savard et Paquette pourront appuyer Jonathan Drouin. Le français ne peut pas être la priorité.»

CKOI la nuit
En direct de 00:00 à 05:30
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.