• Accueil
  • L'aspect économique et l'aspect sportif
98.5 Sports
Les Canadiens sans Weber?

L'aspect économique et l'aspect sportif

L'aspect économique et l'aspect sportif
Cogeco Media

Absence d’un an? Retraite? Les nouvelles touchant l’état de santé du capitaine des Canadiens de Montréal Shea Weber et des conséquences qui en découlent font jaser depuis mercredi soir.

Au micro de Jérémie Rainville aux Amateurs de sports, le spécialiste du marketing sportif Ray Lalonde et l’animateur Mario Langlois analysent la situation de deux angles différents : économique et sportif.

Contrat de 14 saisons

On l’a un peu oublié, mais lorsque les Canadiens de Montréal ont fait l’acquisition de Shea Weber des Predators de Nashville en 2016, ils ont obtenu un joueur qui avait en mains un contrat d’une durée de 14 ans d’une valeur de 110 millions $ US.

Même si Weber est à Montréal depuis cinq ans, s’il devait prendre sa retraite cette année ou d’ici à la fin de son contrat, ce sont les Predateurs qui en paieraient la note, économiquement parlant.

Comme l’explique Ray Lalonde, selon les clauses de l’entente signée avant la saison 2012-2013, advenant une retraite de Weber en 2021, les Predators auraient 4,9 millions $ à leur charge sous le plafond salarial. Pour chaque année restante à son contrat.

« Il lui reste cinq ans de contrat. S’il prend sa retraite là, on prend 24,5 millions $, on divise par cinq, et ce sont les Predators qui doivent assumer ça. Ils ne l’assument pas en argent dépensé. Ils l’assument comme argent non disponible dans leur masse salariale. Ça va faire mal à cette équipe. En principe, les Predators souhaitent que Shea Weber poursuive sa carrière avec les Canadiens jusqu’à la fin de son contrat.

« Le danger, c’est que si Weber se retirait… Retraite complète, avant sa dernière année de contrat, en 2025-2026… Cette année-là, ça va coûter 24,5 millions $ aux Predators sur leur masse salariale (d’environ 84 millions $). Tu joues à environ 55 millions $ »

Pour ce qui est de l’aspect hockey, Mario Langlois espère que la carrière de Weber n’est pas terminée, ne fut-ce qu’en raison de ce qu’il apporte encore au sein du Tricolore.

Mais que Weber s’absente pour une seule année ou qu’il prenne sa retraite, pour l’instant, il semble probable que le défenseur format géant ne sera pas avec l’équipe pour la saison 2021-2022.

Si cela est le cas, Langlois estime que le directeur général Marc Bergevin est présentement à chercher des solutions… à l’interne ou à l’extérieur de l’organisation.

« Ça pourrait ouvrir le spectre de jeu de Marc Bergevin, notamment au plan financier, en ce qui a trait à ce que ça pourrait libérer 7,87 millions $ par an sur la masse salariale.

« Ça oblige Bergevin et son personnel à trouver des solutions avant que la carrière de Weber soit officiellement terminée. Et probablement que l’on y songeait déjà. Tu le sais que Weber n’est pas éternel. Ça ouvre officiellement cette quête-là. C’est une belle fenêtre pour tester ta relève. »

On écoute les deux interventions….

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Radio Hollywood
En ondes jusqu’à 18:00
En direct
75
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.