12x12 close outline12x12 edit12x12 headphones12x12 headphones outline12x12 pause outline12x12 pause12x12 play outline12x12 play12x12 stop12x12 stop outline12x12 envelope12x12 video outline12x12 download outline12x12 share outline12x12 share12x12 caret up outline12x12 caret right outline12x12 caret left outline12x12 caret down outline16x16 arrow right16x16 arrow left16x16 back to top16x16 caret up16x16 caret right16x16 caret left16x16 caret down16x16 check16x16 clock16x16 download16x16 envelope16x16 heart16x16 headphones16x16 info16x16 map pointer16x16 music16x16 pause16x16 phone16x16 photo16x16 play16x16 print16x16 search16x16 stop16x16 share16x16 warning16x16 talk16x16 user16x16 overflow horizontal16x16 overflow vertical16x16 microphone16x16 arrow left outline16x16 arrow right outline16x16 caret down outline16x16 caret top outline16x16 caret left outline16x16 caret right outline16x16 calendar outline16x16 headphones outline16x16 info outline16x16 pause outline16x16 play outline16x16 stop outline16x16 user outline16x16 warning outline16x16 apple16x16 facebook16x16 google16x16 instagram16x16 rss16x16 twitter16x16 youtube16x16 maboutiqueradio16x16 cart16x16 thumbs down16x16 thumbs up16x16 volume down16x16 mute16x16 volume up16x16 close
  • Accueil
  • Et si Russell Martin devenait gérant des Blue Jays?

Et si Russell Martin devenait gérant des Blue Jays?

Et si Russell Martin devenait gérant des Blue Jays?PC
Russell Martin

Russell Martin a eu la chance de gérer un premier match dans le baseball majeur, dimanche après-midi à Tampa Bay, alors que l’ancien gérant John Gibbons lui a cédé les reines de l’équipe pour un match.

C’est un geste que plusieurs ont apprécié. Martin lui-même s’est amusé à imiter les faits et gestes de Gibbons, avec qui il s’entend très bien.

D’ailleurs, lors du dernier passage du 98,5 Sports à Toronto le 28 août, Gibbons encensait son vétéran receveur, malgré ses difficultés à la plaque.

Martin a tout pour devenir un gérant. D’ailleurs, ce dernier a confirmé au 98,5 Sports qu’il commandait chaque tir effectué par ses lanceurs, une responsabilité que plusieurs gérants préfèrent garder pour eux.

Mais Martin avait l’entière confiance de Gibbons, qui de toute façon, n’est pas reconnu pour être un grand stratège.

Un contrat faramineux

Il va sans dire que Russell Martin commande un salaire largement au-dessus de la moyenne et de son rendement. L’an prochain, Martin empochera 20M$ pour occuper un rôle de réserviste. C’est un montant que les Blue Jays aimeraient bien voir disparaître de la masse salariale du club.

Pour ce faire, serait-ce possible que les Jays lui offrent immédiatement le poste de gérant? Avec son accord, Martin pourrait prendre sa retraite et accepter d’empocher son salaire en tant que gérant et non comme joueur.

Martin connaît bien ses jeunes coéquipiers et surtout, connaît très bien les tendances des frappeurs adverses. Plusieurs s’entendent pour dire qu’il est un des joueurs les plus intelligents sur un terrain de baseball. La transition serait-elle donc si difficile à faire?

La question, c’est de savoir si Martin est rendu là mentalement. Il a affirmé au 98,5 Sports le mois dernier qu’il ne serait pas impossible qu’il joue ce rôle éventuellement, mais qu’après sa carrière de joueur, il désirait prendre quelques étés de congé, chose qu’il n’a pas faite depuis son enfance.

Martin aura 36 ans lorsque le camp d’entraînement ouvrira ses portes en 2019. C’est jeune, mais ce ne serait pas la première fois qu’un club embauche un gérant si jeune. En 2003 les Indians ont donné une chance à Eric Wedge qui n’avait que 35 ans et en 2009, A.J. Hinch est aussi devenu le gérant des Diamondbacks à 35 ans.

Un rachat de contrat?

Ça semblait assez clair dans l’esprit de Gibbons, lorsque rencontré cet été par le 98,5 Sports, que Russell Martin valait toujours son pesant d’or. Mais le nouveau gérant verra-t-il les choses de la même façon? Il n’est pas impossible que le nouveau gérant souhaite voir le club dépenser cet argent autrement.

Il serait difficile d’échanger Martin à cause de son faramineux salaire et si les Blue Jays décidaient tout simplement de le libérer, ils seraient obligés de lui verser la totalité de son contrat de 20M$.

Ne serait-il donc pas plus logique pour les jeunes Blue Jays de tout de suite former leur prochain gérant en Russell Martin plutôt que de laisser filer une des plus fortes têtes de baseball canadiennes?

La question mérite d’être posée.

En ce sens, peut-être que Russell ne savourait dimanche qu’un petit avant-goût de ce qui pourrait l’attendre l’an prochain. 

En direct de 00:00 à 05:30
758
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.