• Accueil
  • «Il faut avoir une preuve médicale que le vaccin est néfaste pour l’enfant»
Refus de vacciner les jeunes

«Il faut avoir une preuve médicale que le vaccin est néfaste pour l’enfant»

«Il faut avoir une preuve médicale que le vaccin est néfaste pour l’enfant»
Getty Images

Tout adulte peut prendre la décision d’aller se faire vacciner ou pas durant la pandémie. Pour les enfants, surtout au sein d’une famille avec des conjoints séparés, ça peut être plus compliqué.

C’est ce qui est survenu lorsqu’une mère voulait que son enfant de 12 ans soit vacciné, ce que le père refusait. La cour supérieure du Québec a tranché en faveur de l’enfant – qui voulait être vacciné – et il le sera.

Au micro de Paul Arcand, l’avocate spécialisée en droit de la famille, Me Sylvie Schirm, explique le contexte.

« On a tenu compte de plusieurs facteurs, notamment de l’avis du pédiatre de l’enfant. La juge a su qu’il y avait un rendez-vous avec le pédiatre dans quelques jours, alors elle a demandé l’avis du pédiatre qui est venue dire (en cours) qu’il devait être vacciné. Qu’il n’y avait aucune contre-indication.

« Le père disait que son fils faisait du surpoids, qu’il avait des problèmes d’allergies et qu’il craignait que le vaccin lui cause des effets secondaires. »

Le père voulait également déposer un rapport d’expert d’un médecin du Texas qui est connu pour être anti vaccin, ce qui a été refusé.

L’enfant voulait être vacciné. À 12 ans, son avis est important?

« Définitivement. À 12 ans, son avis est très important. À 14 ans, il décide, mais à 12 ans, le point de vue d’un enfant, dans une question de garde, par exemple, est très important. Le juge doit le considérer. Ça ne veut pas dire que le juge va l’accorder, mais le juge doit tenir compte très sérieusement de l’avis d’un enfant de 12 ans et plus. »

C’est le deuxième jugement du genre rendu ces dernières semaines et il est permis de croire qu’il y en aura d’autres. Cela dit, Me Schirm soulève un point capital.

« Ce ne sont pas nos croyances personnelles qui sont de la preuve. Un parent qui dit « je ne crois pas », ce n’est pas de la preuve. Il faut avoir une preuve médicale que le vaccin est néfaste pour cet enfant-là. 

Le fun est dans le retour
En direct de 15:00 à 18:00
0
75
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.