12x12 close outline12x12 edit12x12 headphones12x12 headphones outline12x12 pause outline12x12 pause12x12 play outline12x12 play12x12 stop12x12 stop outline12x12 envelope12x12 video outline12x12 download outline12x12 share outline12x12 share12x12 caret up outline12x12 caret right outline12x12 caret left outline12x12 caret down outline16x16 arrow right16x16 arrow left16x16 back to top16x16 caret up16x16 caret right16x16 caret left16x16 caret down16x16 check16x16 clock16x16 download16x16 envelope16x16 heart16x16 headphones16x16 info16x16 map pointer16x16 music16x16 pause16x16 phone16x16 photo16x16 play16x16 print16x16 search16x16 stop16x16 share16x16 warning16x16 talk16x16 user16x16 overflow horizontal16x16 overflow vertical16x16 microphone16x16 arrow left outline16x16 arrow right outline16x16 caret down outline16x16 caret top outline16x16 caret left outline16x16 caret right outline16x16 calendar outline16x16 headphones outline16x16 info outline16x16 pause outline16x16 play outline16x16 stop outline16x16 user outline16x16 warning outline16x16 apple16x16 facebook16x16 google16x16 instagram16x16 rss16x16 twitter16x16 youtube16x16 maboutiqueradio16x16 cart16x16 thumbs down16x16 thumbs up16x16 volume down16x16 mute16x16 volume up16x16 close
  • Accueil
  • Les enfants et les jeux vidéo : des réponses à vos questions

Les enfants et les jeux vidéo : des réponses à vos questions

Les enfants et les jeux vidéo : des réponses à vos questionsistockphoto.com/Choreograph

À peu près tout le monde a joué à des jeux vidéo durant son enfance et plusieurs continuent à le faire une fois adultes, même qu’ils y consacrent encore plus de temps. Mais quand on devient parents, ironiquement, on semble hésiter à ce que nos enfants suivent notre exemple. On s’interroge sur les bienfaits des jeux vidéo et les limites à imposer.

Nous avons donc mené une enquête et consulté différentes sources pour trouver les meilleures réponses à vos questions. Trois, deux, un, c’est parti!

Les jeux vidéo, ça donne quoi?
De façon générale, les jeux vidéo apprennent aux jeunes à gagner et à perdre, à créer et à persévérer. Ils peuvent augmenter l’estime de soi, émerveiller, inspirer, socialiser, divertir et faire rire. Certains y voient une façon de découvrir de nouveaux univers et de développer l’imagination. C’est bon également pour la mémoire, les réflexes et la coordination main-œil. D’autres avancent au contraire que les jeux vidéo, avec leur action rapide, incitent plus à réagir qu’à réfléchir et contribuent à diminuer la capacité d’attention de l’enfant. Bref, il y a toujours deux côtés à une médaille.

À partir de quel âge sont-ils conseillés aux enfants?
L’Académie américaine de pédiatrie (AAP) ne recommande aucun écran – télé, tablette, téléphone ou ordinateur – avant l’âge de 18 mois. La pédopsychologue Jane Healy, lors d’une conférence au CES à Las Vegas, a dit pour sa part que les enfants ne devraient pas toucher aux jeux vidéo avant sept ans pour permettre à leur cerveau de se développer normalement.

Une leçon que donnent plusieurs experts, c’est de faire découvrir à l’enfant toutes les autres formes de jeu et de divertissement qui existent avant de l’initier au monde électronique. Ainsi, il aura développé ses apprentissages et élargi ses intérêts.

Combien de temps les jeunes devraient-ils jouer?
Toujours selon l’AAP, l’exposition aux écrans devrait être d’une heure par jour jusqu’à l’âge de cinq ans. Ensuite, le consensus est de deux heures par jour jusqu’à 11 ans. La période quotidienne d’activité physique et de temps en famille devrait être aussi longue, sinon plus. Et parce que la luminosité des écrans tient le cerveau éveillé et affecte la mélatonine qui régule le sommeil, mieux vaut éviter les séances avant le coucher.

Par ailleurs, les jeunes à qui l’on donne une durée limite avant le début du jeu négocient moins et décrochent plus facilement. Soyez bon joueur vous aussi en avertissant cinq minutes avant la fin pour qu’ils aient le temps de terminer leur action et de sauvegarder leur progression. Une minuterie de cuisine peut aider. Notez que les cas de dépendance aux jeux vidéo chez les moins de 12 ans sont rares.

Quelles sont les normes et les restrictions à prendre en compte?
D’abord, il faut parler du système de classification ESRB (Entertainment Software Rating Board), qui estime à quel âge conviennent les jeux vidéo et l’indique par des symboles :

  • eC : Jeunes enfants
  • E : Enfants et adultes (peut comporter quelques éléments de violence animée, fictive ou légère et/ou l'usage occasionnel d'un langage grossier)
  • E10+ : Enfants et adultes 10 ans et plus (peut comporter un plus haut degré de violence animée, fictive ou légère, de langage grossier et/ou quelques scènes suggestives)
  • T : Adolescents (convient généralement aux enfants de 13 ans et plus)
  • M : Mature (convient aux personnes de 17 ans et plus)
  • Ao : Adultes seulement (convient aux adultes de 18 ans et plus).

Ensuite, il y a la question du contrôle parental. Toutes les consoles (Xbox One, PS4, Nintendo Switch) offrent un tel système. Idem pour les ordinateurs, tablettes et cellulaires. Servez-vous-en! Finalement, installez la télévision et la console à un endroit plus central, de sorte que votre enfant n’ira pas s’isoler dans sa chambre et vous pourrez surveiller ce à quoi il joue en même temps.

Quels jeux sont les plus appropriés?
Une fois qu’on respecte les recommandations d’âge, on peut choisir le type de jeux en fonction des intérêts de l’enfant (apprentissage, aventure, stratégie, simulation). Ceux qui encouragent la création sont d’excellents choix, par exemple Minecraft, LittleBigPlanet, Lego Worlds ou Super Mario Maker.

Une solution intéressante, c’est de trouver des interprétations modernes de jeux classiques comme Mario Kart ou Legend of Zelda, qui vous feront sentir nostalgiques et vous donneront envie de jouer avec votre enfant. Il existe aussi des alternatives « enfants » à des jeux adultes : Lego City Undercover remplace bien Grand Theft Auto et Splatoon fait de même avec Doom.

Que faire pour éviter les jeux violents?
Éduquer notre enfant, c’est déjà une tâche colossale, alors on ne veut pas avoir à être responsable des autres également. Il va jouer chez un ami? Plutôt que d’arriver comme la police à sa maison, avec un mandat de perquisition pour des jeux violents, discutez avec ses parents du niveau de maturité de votre enfant, de l’influence qu’il peut subir à son âge et de la pertinence de voir un gars se faire tirer dessus jusqu’à exploser.  

Cela dit, chez vous ou ailleurs, vous devriez sensibiliser votre jeune à la réalité de la violence dans les jeux vidéo… tout en gardant à l’esprit qu’aucune étude n’a démontré clairement un lien de cause à effet avec des comportements violents dans la vraie vie.

En direct de 09:00 à 11:30
1815
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.