• Accueil
  • «Tout le monde a tardé à agir» -Laura-Julie Perreault
Évacuation de l'Afghanistan

«Tout le monde a tardé à agir» -Laura-Julie Perreault

«Tout le monde a tardé à agir» -Laura-Julie Perreault
Des Afghans quittent leur pays
Photo AP

Un bon nombre d’Afghans ont aidé les politiciens, soldats et journalistes canadiens au cours des dernières décennies. Des personnes qui sont à risque de demeurer en Afghanistan depuis que les Talibans ont repris le contrôle du pays.

L’éditorialiste de La Presse, Laura-Julie Perreault, a créé des liens avec un Afghan il y a bien des années, quand elle a fait des reportages sur le terrain il y a des années.

Au micro de Bernard Drainville, l’éditorialiste explique comment son ancien « fixer » en Afghanistan, un journaliste local, a réussi à sortir du pays. Un « fixer » se veut la personne essentielle pour un/une journaliste qui part en reportage dans un pays étranger, surtout quand on ne parle pas la langue du pays.

« Cette personne se charge de la sécurité, de la logistique, d’organiser des entrevues. Souvent, elles ont des bottins téléphoniques bien garni. Ils traduisent pour nous, et en plus, ils deviennent aussi nos traducteurs culturels dans un pays comme l’Afghanistan. Il faut comprendre les codes culturels. »

« Akbar, je l’ai connu en 2005, mais on est toujours resté en contact. Chaque année, une ou deux fois par an, on prenait des nouvelles l’un de l’autre. Quand je l’ai connu, il n’avait pas d’enfants. Maintenant, il en a cinq. »

Le journaliste afghan a travaillé avec les journalistes étrangers de passage, avec la BBC, Fox News.

« Il a reçu des menaces depuis quelques années. Il a été évacué d’abord à l’hôtel Serena avec sa famille, mais les Talibans l’ont retrouvé. Il a réussi à les convaincre qu’il n’avait jamais travaillé avec l’armée américaine. Qu’il ne travaillait qu’avec des journalistes et qu’il était lui-même journaliste. Ils l’ont laissé tranquille. 

« Heureusement, dans son cas, le Qatar est intervenu pour le faire sortir. Le Qatar qui est en lien avec le Canada, les États-Unis et la Grande-Bretagne. Présentement, il est à Doha avec toute sa famille et il se demande ce qu’il va se passer. Ira-t-il au Canada, aux États-Unis, en Grande-Bretagne? Ils sont ouverts à toutes les options. Ils veulent juste poursuivre leur vie. »

La journaliste est-elle déçue du Canada dans cette histoire?

« Non. C’est dur à dire parce que l’on ne sait pas tout. Mais tout le monde a agi trop tard, considérant que la date de sortie s’en venait. Tout le monde a tardé à agir. »

 

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Radio Hollywood
En ondes jusqu’à 18:00
En direct
75
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.