12x12 close outline12x12 edit12x12 headphones12x12 headphones outline12x12 pause outline12x12 pause12x12 play outline12x12 play12x12 stop12x12 stop outline12x12 envelope12x12 video outline12x12 download outline12x12 share outline12x12 share12x12 caret up outline12x12 caret right outline12x12 caret left outline12x12 caret down outline16x16 arrow right16x16 arrow left16x16 back to top16x16 caret up16x16 caret right16x16 caret left16x16 caret down16x16 check16x16 clock16x16 download16x16 envelope16x16 heart16x16 headphones16x16 info16x16 map pointer16x16 music16x16 pause16x16 phone16x16 photo16x16 play16x16 print16x16 search16x16 stop16x16 share16x16 warning16x16 talk16x16 user16x16 overflow horizontal16x16 overflow vertical16x16 microphone16x16 arrow left outline16x16 arrow right outline16x16 caret down outline16x16 caret top outline16x16 caret left outline16x16 caret right outline16x16 calendar outline16x16 headphones outline16x16 info outline16x16 pause outline16x16 play outline16x16 stop outline16x16 user outline16x16 warning outline16x16 apple16x16 facebook16x16 google16x16 instagram16x16 rss16x16 twitter16x16 youtube16x16 maboutiqueradio16x16 cart16x16 thumbs down16x16 thumbs up16x16 volume down16x16 mute16x16 volume up16x16 close
  • Accueil
  • La vérité sur les sacs en plastique et leurs alternatives

La vérité sur les sacs en plastique et leurs alternatives

La vérité sur les sacs en plastique et leurs alternatives

Dans la vie, il y a deux types de personnes : ceux qui prennent des sacs en plastique jetables et ceux qui optent pour des sacs réutilisables. Bon, on exagère un peu, mais le débat sur le plastique et l’environnement continue de faire rage et de diviser les sociétés.

Selon les derniers chiffres, seulement 18 % du plastique au Québec et 30 % dans le monde est recyclé. Le reste est incinéré (bonjour, pollution atmosphérique!) ou encore enfoui (avec le pétrole qu’il contient, il peut rester dans la nature pendant des centaines d’années).

Avec tous les progrès de la science et une plus grande conscientisation du problème à l’échelle mondiale, il doit bien y avoir des solutions de rechange plus écolos, non? En effet, c’est le cas. Et heureusement, car de plus en plus de villes et de pays se mettent à interdire les sacs en plastique conventionnels.

L’affaire est dans le sac
Certains penseront d’abord au plastique dit « oxobiodégradable » contenant un additif qui se défait sous l’action de la lumière, de l’oxygène et de la chaleur, mais une fois dégradé, il reste une poudre de plastique, comme si on avait passé un sac ordinaire au broyeur! Ça ne change donc rien; le plastique est toujours là, même qu’il peut plus facilement se disséminer dans l’environnement et être absorbé par certains animaux pour éventuellement aboutir dans la chaîne alimentaire. De plus, ce plastique n’est pas compostable. Une bonne alternative? Pas du tout.

Il existe des sacs véritablement compostables. Chez nous, ils sont certifiés ainsi par le Bureau de normalisation du Québec et on en retrouve de plusieurs marques connues. Leur plastique est constitué de biomasse ou matières végétales et se décompose comme tout déchet organique. Il n’est pas nécessairement compostable dans un composteur domestique, car le processus est trop lent, mais plutôt en milieu industriel à grande échelle.

Dans le même registre, on compte aussi les sacs en papier, mais vu l’enjeu de la déforestation, mieux vaut s’assurer qu’ils proviennent de fibres recyclées.

Penser différemment
Voici une alternative au plastique vraiment intrigante et prometteuse : l'entreprise SoluBag de Santiago, au Chili, vient de présenter des sacs non polluants car ils sont solubles dans l'eau, et ce, en seulement cinq minutes. Leur secret? Le produit, à base d'alcool polyvinylique, remplace le pétrole par un dérivé de roche calcaire. Une fois les sacs dissous, il reste du carbone dans l'eau, mais ça n'a aucun effet sur le corps humain et on peut même la boire!

« À présent, on peut recycler les sacs dans sa casserole ou sa machine à laver », nous dit la compagnie, sans toutefois préciser si l’eau de pluie suffirait à désintégrer les sacs dans les dépotoirs. La commercialisation doit débuter en octobre au Chili. On aimerait bien voir ça ici!

Enfin, plus tôt cette année, un concours international avait été lancé afin de trouver un matériau alternatif au plastique qui soit moins toxique pour l’environnement. Une compagnie espagnole et des chercheurs de l’Université de Pittsburgh ont développé un nouveau type de polymère pour les emballages sur le marché qui les rendrait beaucoup plus facilement recyclables tout en permettant une meilleure isolation de l’air et de l’humidité.

Un centre de recherche technologique en Finlande a quant à lui trouvé une façon de remplacer le pétrole par du bois, rendant le plastique biodégradable, tandis que trois entreprises américaines ont fait le même coup avec des céréales et des résidus agricoles.

En conclusion…
La meilleure alternative au plastique restera toujours pas de plastique du tout, autrement dit prôner la réduction à la source, sinon choisir un article réutilisable. Quant au sac de plastique conventionnel à usage unique, il n’est bon que si on le réutilise ou le recycle.

Pour le reste du quotidien, il est préférable d’acheter en vrac, de traîner sa gourde au lieu d’acheter des bouteilles en plastique, d’utiliser de la vaisselle lavable et non jetable lors d’une fête ou pique-nique, de privilégier le verre ou l’inox pour la conservation et le transport des aliments (au frigo ou dans la boîte à lunch) ainsi que d’acheter des jouets en bois ou en métal, plus durables et potentiellement moins toxiques.

En direct de 18:00 à 19:00
5750
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.