• Accueil
  • Top 10 des technologies dont on ne voudrait plus se passer

Top 10 des technologies dont on ne voudrait plus se passer

Top 10 des technologies dont on ne voudrait plus se passerAuto123.com
L'intérieur de la Genesis G80

Depuis 120 ans, l’évolution de l’automobile est constante. Cependant, certaines époques ont été le témoin de progrès plus rapides que d’autres. Celle que l’on vit en ce moment en est un bel exemple, car tout se déroule à très grande vitesse.

Si on jette un regard sur les 15 dernières années, on constate que les progrès ont été phénoménaux. La technologie, la sécurité, la connectivité, autant de domaines qui ont fait des pas de géant. En matière de sécurité, par exemple, lorsqu’on regarde un peu plus loin en arrière, on constate aussi les avancées. En 1995, 3313 personnes décédaient sur les routes au pays. En 2018, ce nombre avait fondu à 1922 après avoir atteint un plancher de 1841 en 2014. Qu’on se comprenne, les Canadiens ne sont pas de meilleurs conducteurs ; les véhicules qu’ils conduisent sont tout simplement plus sécuritaires.

Ainsi, lorsqu’on jette un regard derrière, on réalise qu’on ne voudrait plus se passer de certaines technologies. Pour le plaisir de la chose, je me suis amusé à choisir 10 trucs dont je ne voudrais plus me départir.

Shopicar.com, 100% en ligne, magasinez votre voiture, achetez en ligne et on vous livre au Québec!

1 — Les sièges chauffants

Les boutons pour les sièges chauffants

Aujourd’hui, tous les modèles sur le marché offrent des sièges chauffants, de série, ou en option. L’hiver, ces derniers sont devenus des alliés de taille lorsque le mercure fait des siennes. Incroyablement, il faut remonter à 1966 pour trouver les premiers, une option vendue 60,20 $ avec la Cadillac de Ville. Clairement, ils sont là pour demeurer.

Les sièges chauffants allumés Le tableau de bord de la Lexus IS

2 — Alerte de collision frontale

Système d'alerte de collision frontale

Les alertes concernant la circulation environnante sont aujourd’hui très répandues dans nos véhicules. Ça peut même devenir agaçant, car ces derniers sont tellement aux aguets qu’ils en semblent nerveux. Cependant, une alerte en particulier a mérité mon respect au fil des années et c’est celle concernant la collision frontale, souvent accompagnée du freinage d’urgence automatique. On ne saura jamais le nombre de collisions évitées grâce à cette technologie, mais vous pouvez imaginer qu’il est énorme.

Freinage, l'hiver

3 — Caméra de recul

BMW X5

Il y a 30 ou 40 ans, il était facile de se passer d’une caméra de recul, car lorsqu’on se tournait la tête en faisant marche arrière, on voyait quelque chose. Aujourd’hui, le design des modèles qui nous sont offerts fait qu’on ne voit pratiquement rien. Conséquemment, la caméra de recul est devenue un élément incontournable, voire obligatoire depuis 2018.

Et la première ? Il faut remonter en 1956 pour voir un concept de Buick, le Centurion, offrir un écran de télé montrant le travail d’une caméra de marche arrière. Ce sera cependant la Toyota Soarer (Japon) qui l’offrira dès 1991.

Nissan a joué un rôle de pionnier en étendant sa technologie au début des années 2000 et en offrant même une vue à 360 degrés avec certains produits Infiniti vers la fin des années 2000.

Caméra de recul Image de caméra de recul

4 — Contrôle de la stabilité

Une Jeep lors d'un test de contrôle de véhicule

Les plus vieux se souviendront qu’à une époque pas si lointaine, on voyait des voitures danser sur la route lorsque les conditions étaient propices à la glisse. Les tempêtes de neige causaient beaucoup de sorties de route, simplement parce que les véhicules pouvaient plus facilement perdre le contrôle.

Aujourd’hui, les modèles qui nous sont vendus sont pourvus de systèmes de contrôle de la stabilité. Ces derniers entrent en action lorsqu’on commence à perdre la maîtrise et agissent pour nous replacer sur le droit chemin. Encore une fois, le nombre d’accidents évités par cette technologie ne sera jamais connu, mais on sait qu’il est énorme.

Icone du système de contrôle de la stabilité Des Ford sur la route

5 — Freins ABS

Lexus IS

Les freins antiblocage sont obligatoires sur les véhicules aujourd’hui et on a tendance à oublier à quel point ils ajoutent à la sécurité des automobilistes lorsqu’un freinage d’urgence est nécessaire.

On attribue souvent à Mercedes-Benz les premiers modèles à freins ABS, mais il faut reculer plus loin dans le temps pour voir les débuts de la technologie. En fait, dès 1966, on retrouvait un système mécanique sur la Jensen FF. En Amérique du Nord, Lincoln et Ford allaient l’offrir en 1969 sur les roues arrière des Continental Mark III et Thunderbird. Le système prenait le nom de Sure-Track.

L'icone du système freins ABS Mazda CX-5

6 — Bluetooth

Écran multimédia du Kia Soul

On aurait du mal à imaginer une voiture moderne sans la technologie Bluetooth. Cette dernière a commencé à se faire voir au début des années 2000 et elle s’est répandue comme une traînée de poudre au milieu des années 2000. Avec les appels mains libres et la lecture en continu de notre musique, notamment, la technologie est vraiment devenue incontournable.

Logo Bluetooth L'intérieur de la Lexus IS

7 — La navigation

Écran de la BMW Série 5

Longtemps avant que les systèmes GPS fassent leur apparition, Honda développait, en 1981, un système de navigation. Il utilisait un gyroscope avec deux fils et un jet d’hélium pour déterminer notre position. L’Electro Gyrocator fonctionnait avec des superpositions de cartes au lieu de repères numériques. Le point sur l’écran montrait notre position actuelle. Tous les calculs et la direction du voyage étaient effectués par un ordinateur de 16 bits.

Pour le système GPS plus traditionnel, il a fallu attendre Mazda en 1990. Aujourd’hui, alors qu’on dispose de tout sur nos téléphones intelligents et que l’on peut tout transférer à l’écran multimédia du véhicule, les modèles n’ont même plus besoin de proposer la navigation.

Écran navigation du Mini Cooper Countryman Écran navigation

8 — Les services d’urgence

Situation de dépannage

Grâce aux services connectés offerts par les constructeurs, il est possible d’avoir accès instantanément à des services d’urgence en cas de collision. Voilà une technologie qu’on souhaite ne jamais avoir à utiliser, mais il est incroyable de penser qu’en cas d’accident majeur, notre véhicule peut lui-même contacter les services d’urgence pour nous venir en aide.

Logo du service OnStar de GM Le service SOS de Hyundai

9 — Les coussins gonflables

Le volant du Subaru Forester

Au début des années 70, Ford faisait l’essai de coussins gonflables pour passagers et en 1972, offrait cette option avec le modèle Monterey. En 1973, Chevrolet équipait 1000 Impala de coussins gonflables expérimentaux. Ils allaient être proposés en option entre 1974 et 1976 avec l’Oldsmobile Toronado.

Aujourd’hui, en plus des coussins, on a des rideaux gonflables et quantité de dispositifs qui se déploient un peu partout dans l’habitacle pour nous protéger en cas d’impact. Encore une fois ici, il est impossible de calculer le nombre de décès et de blessures sérieuses évités, mais le nombre est assurément élevé.

Le volant de la Lexus IS Le Subaru Forester, dans la neige

10 — La radio satellite

Le système SiriusXM

Terminons avec une technologie… divertissante, soit la radio satellite. Les véhicules que l’on met à l’essai aujourd’hui en sont majoritairement équipés, ce qui nous permet d’en profiter pleinement et aussi de la découvrir à fond. On parle bien sûr d’un service payant, mais pour ceux qui aiment la diversité, c’est plutôt intéressant. Et en voyage, on n’a pas à se soucier de trouver ses chaînes préférées, car elles nous suivent partout. Une question de goût, mais une option intéressante de plus vers laquelle on peut se tourner.

Écran multimédia de la Hyundai Elantra Écran multimédia de la Honda Civic
CKOI la nuit
En direct de 00:00 à 05:30
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.