• Accueil
  • 3 mythes sur les milléniaux au travail que tu peux aider à défaire

3 mythes sur les milléniaux au travail que tu peux aider à défaire

3 mythes sur les milléniaux au travail que tu peux aider à défairerawpixel via Unsplash

Les milléniaux représentent aujourd’hui plus du tiers des travailleurs, mais continuent de souffrir de préjugés à cause du choc générationnel qu’exacerbe la technologie. Ils sont pourtant en général enthousiastes, curieux, créatifs, avant-gardistes, très branchés, ouverts au changement et aux nouvelles idées – et les défauts qu’on leur reproche, à bien y penser, peuvent se traduire par des atouts pour une entreprise.

Voici donc trois mythes sur les milléniaux au travail que tu peux aider à défaire…

1. Les milléniaux ne respectent pas les générations qui les ont précédés.

Il faut briser ce mythe une fois pour toutes, car la réalité est que chaque génération se plaint des plus jeunes depuis des temps aussi lointains que ceux du philosophe grec Socrate, qui a déjà écrit : « Nos jeunes aiment le luxe, ont de mauvaises manières, se moquent de l’autorité et n’ont aucun respect pour l’âge. À notre époque, les enfants sont des tyrans. » Il ajoutait même qu’ils aiment bavarder au lieu de faire de l’exercice. Nous sommes maintenant en 2018 et les mêmes commentaires reviennent.

Plus que l’âge et le poste occupé au sein d’une entreprise, les milléniaux admirent les actions et les réalisations. Les X et les baby-boomers ont peut-être appris à respecter automatiquement leurs patrons et leurs présidents juste parce qu’ils ont sûrement dû mettre beaucoup de temps pour obtenir leur titre, mais le passé reste du passé et pour la nouvelle génération, c’est plutôt le présent et le futur qui importent. Ce que ça prend, c’est des supérieurs qui vont plus agir que parler, qui n’hésitent pas à investir dans leurs employés et qui savent les apprécier pour pouvoir l’être en retour.

D’ailleurs, la pratique du mentorat inversé commence à se répandre de plus en plus : un jeune travailleur est jumelé à un cadre pour lui apprendre toutes sortes de choses au sujet des nouvelles technologies et tendances, des réseaux sociaux et des besoins des consommateurs d’aujourd’hui. Ça referme l’écart générationnel et culturel au sein de la compagnie et bénéficie à tout le monde.

2. Les milléniaux passent plus de temps sur leur téléphone qu’à travailler

C’est vrai, les jeunes travailleurs sont rarement aperçus sans un téléphone intelligent dans les mains (après tout, ils ont grandi dans l’ère du numérique), mais c’est devenu un outil pour à peu près tout le monde de nos jours, même les X et les baby-boomers. Bref, ce n’est pas une affaire de génération.

Selon une récente étude de la firme Qualtrics aux États-Unis, plus de 90 % des milléniaux affirment avoir une relation saine avec la technologie, en particulier leur téléphone, et 73 % croient que ça améliore la conciliation entre le travail et leur vie personnelle – une des clés pour rendre un employé heureux et productif. D’autre part, tous les dirigeants d’entreprise veulent être capables de rejoindre et de communiquer facilement avec leur personnel à tout moment. Oui, les entretiens face à face et les appels se font moins nombreux, mais que ce soit avec les calendriers en ligne, les textos, les réseaux sociaux ou Skype, le cellulaire a un grand mot à dire dans l’efficacité des procédures au travail.

3. Les milléniaux ne sont pas fidèles et changent trop souvent de boulot.

Reprenons la même étude, qui nous apprend que les milléniaux ont occupé en moyenne 2,29 emplois au cours des cinq dernières années. Ça revient à changer ton statut LinkedIn tous les 26 mois; est-ce bien le cas?

Ce n’est pas une question de caprices ou de manque de loyauté, mais plutôt de valeur. Pour la génération des milléniaux, le travail doit être valorisant et servir à faire une réelle différence – sur le plan personnel, bien entendu, mais surtout social. Pourquoi se contenter de faire des tâches qui n’apportent pas grand-chose ou de se présenter au bureau juste pour poinçonner à 9h et à 17h?

En vérité, les milléniaux peuvent être aussi fidèles que tous les autres employés d’une compagnie. Ça prend seulement une organisation solide, moderne, active et engagée qui sait exactement où elle s’en va. Les dirigeants qui se plaignent que leur jeune main-d’œuvre les déserte n’en font peut-être pas assez pour s’adapter aux nouvelles réalités et se donner de belles et grandes ambitions.

En direct de 00:00 à 05:25
1182
100
LIVECogeco LIVE
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.