• Accueil
  • Tempête planétaire sur Mars : qui voudrait habiter là?

Tempête planétaire sur Mars : qui voudrait habiter là?

Tempête planétaire sur Mars : qui voudrait habiter là?Source: NASA

Plus tôt ce mois-ci, on vous a dit que Mars allait être très bien visible et discernable vers la fin juillet, étant directement opposée au soleil par rapport à la Terre, dont elle se rapprochera à une distance quasi record.

Or, depuis le 28 mai, la planète rouge est assiégée par une énorme tempête de poussière d'une forte intensité, le genre qui dure des mois et qui se produit à toutes les 6-8 années terrestres, soit 3-4 années martiennes (la dernière est survenue en 2007, mais elle était bien moins violente et deux fois moins opaque). Les causes restent assez inconnues et il est bien difficile de prévoir son évolution.

Cette courte vidéo de la sonde Mars Reconnaissance Orbiter donne une idée du nouveau look méconnaissable de Mars.

En voyant ça, on se demande : finalement, est-ce vraiment réaliste d’envoyer des humains vivre là-bas un jour? Même si l'on vient tout juste d'annoncer la découverte d'un lac d'eau liquide de 20 km de large sous une couche de glace martienne, le tout reste une entreprise extrêmement risqué.  Mais pour Elon Musk, le controversé milliardaire qui a fondé Tesla et SpaceX, la question ne se pose même pas. Pour lui, il est capital de coloniser Mars afin de préserver notre espèce advenant une troisième guerre mondiale, suggérant que les premières missions humaines devraient débuter en 2024.

Rappelons que sa compagnie spatiale travaille à cette fin sur une gigantesque fusée de 100 mètres (surnommée « Big Fucking Rocket ») et que les premiers vols doivent débuter en théorie dans la première moitié de 2019 – même si on sait bien que Musk a de la misère à respecter les échéances qu’il avance.

Tempête ou pas, Mars aura d’abord besoin d’infrastructures de base, notamment des dômes en verre et une ou plusieurs centrales pour produire de l’énergie (car la poussière pourrait rendre inefficaces les panneaux solaires, comme ceux du rover Opportunity, « endormi » et agonisant sur la planète rouge depuis le 12 juin). Après ça, prédit-il, il y aura une course entrepreneuriale pour établir toutes sortes de logements et de commerces. Vous imaginez le coût exorbitant de toutes ses manœuvres?

Pour vous donner une ampleur, la nouvelle sonde InSight qui est présentement en direction de Mars et devrait y atterrir le 26 novembre (une première depuis le rover Curiosity lancé en 2012) fait partie d’une mission évaluée à un milliard de dollars américains moins des poussières. Pendant deux années terrestres, elle servira à comprendre la formation et l'évolution des planètes telluriques, notamment en étudiant les séismes martiens qui, selon la description de la NASA, sont « comme un flash qui illumine la structure interne de Mars ». Elle mesurera aussi le taux d'impact des météorites.

Les scientifiques s’inquiètent bien évidemment de tout ça et du phénomène des tempêtes de poussière planétaires. Chaque nouvelle mission nous en apprend un peu plus (une autre est prévue en 2020), mais la récurrence de scénarios apocalyptiques impossibles à contrôler risque de décourager pendant bien longtemps même les plus téméraires et passionnés des aspirants colons de Mars.

Bien curieux de vous entendre là-dessus… Dans le même ordre d’idées, on vous invite à visiter le site www.pourquoi-elon-musk-ne-doit-pas-envoyer-l-homme-sur-mars.com/.

En direct de 00:00 à 05:25
1180
100
LIVECogeco LIVE
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.