12x12 close outline12x12 edit12x12 headphones12x12 headphones outline12x12 pause outline12x12 pause12x12 play outline12x12 play12x12 stop12x12 stop outline12x12 envelope12x12 video outline12x12 download outline12x12 share outline12x12 share12x12 caret up outline12x12 caret right outline12x12 caret left outline12x12 caret down outline16x16 arrow right16x16 arrow left16x16 back to top16x16 caret up16x16 caret right16x16 caret left16x16 caret down16x16 check16x16 clock16x16 download16x16 envelope16x16 heart16x16 headphones16x16 info16x16 map pointer16x16 music16x16 pause16x16 phone16x16 photo16x16 play16x16 print16x16 search16x16 stop16x16 share16x16 warning16x16 talk16x16 user16x16 overflow horizontal16x16 overflow vertical16x16 microphone16x16 arrow left outline16x16 arrow right outline16x16 caret down outline16x16 caret top outline16x16 caret left outline16x16 caret right outline16x16 calendar outline16x16 headphones outline16x16 info outline16x16 pause outline16x16 play outline16x16 stop outline16x16 user outline16x16 warning outline16x16 apple16x16 facebook16x16 google16x16 instagram16x16 rss16x16 twitter16x16 youtube16x16 maboutiqueradio16x16 cart16x16 thumbs down16x16 thumbs up16x16 volume down16x16 mute16x16 volume up16x16 close
  • Accueil
  • Comment devenir un connaisseur de whisky en 5 étapes

Comment devenir un connaisseur de whisky en 5 étapes

Comment devenir un connaisseur de whisky en 5 étapesPixabay

L’homme ordinaire boit de la bière, l’épicurien préfère le vin et le gentleman choisit toujours le whisky. Faux cliché ou réalité? Bah, on s’en fout; à chacun ses plaisirs!

Jack Daniel’s, Jameson, Bowmore, Jim Beam… Si le whisky manque à votre culture, c’est le moment d’y remédier. Par contre, ne s’improvise pas connaisseur qui veut. Vous trouverez plusieurs infos pratiques ci-dessous pour ne pas avoir l’air stupide lors d’une prochaine dégustation et peut-être même impressionner vos chums!

D’où ça vient?

Qu’on l’écrive « whiskey » (comme en Irlande et aux États-Unis) ou « whisky » (Écosse, Grande-Bretagne, Canada, Japon), ce mot d’origine celtique signifie « eau de vie » et désigne tout spiritueux fait à partir de céréales et vieilli en fût de chêne. Les Écossais et Irlandais en revendiquent l’invention – comme Drummondville et Warwick se disputent la poutine! – mais au fil des ans, des distilleries se sont développées un peu partout dans le monde, même chez nous. Pensons à Glenora et à Canadian Club.

Types et appellations

Alors qu’un « blended whisky » est à la fois à base d’orge et de blé, un « pure malt » est conçu exclusivement à partir d’orge maltée (germée). Il peut être l’assemblage de « malts » de différentes années et de différentes distilleries, mais si vous entendez parler de « single malt », c’est qu’il provient d’une seule distillerie. Quant au whisky de grain, beaucoup moins goûteux, on le fabrique à partir de diverses céréales autres que l’orge et le distille une seule fois.

Voici les appellations les plus reconnues :

  • Whiskey irlandais – Se compose d'orge maltée et nécessite un fût ayant déjà été utilisé.
  • Whiskey de seigle américain – Contient au moins 51 % de seigle et est vieilli en fût de chêne neuf.
  • Whiskey du Tennessee – Fait entre 51 % et 79 % de maïs, on le filtre à travers du charbon d’érable avant vieillissement.
  • Whisky canadien – Un mélange généralement à base de blé et parfois de seigle. L’absence de grands crus à l'originalité prononcée fait qu’il est rarement cité dans les réunions de connaisseurs.
  • Bourbon – Produit uniquement au Kentucky avec au moins 51 % de maïs et vieilli en fût de chêne neuf.
  • Scotch – Distillé en Écosse à partir d’orge maltée, auquel s’ajoute souvent du maïs et du blé. Les fûts doivent déjà avoir été utilisés.

Pas tous le même goût!

L’eau utilisée pendant le brassage, les levures et le type d’alambic ne sont que quelques facteurs qui changent le goût du whisky. Le choix du fût lui donne bien sûr sa couleur et une saveur caractéristique. Il n’est pas rare d’en utiliser un qui a déjà servi à conserver un autre alcool (exemple, du porto) afin d’ajouter une nouvelle dimension. On peut aussi mélanger le whisky provenant de différents fûts. Le goût fumé des scotchs, par ailleurs, provient de la tourbe locale qui est brûlée pour faire sécher le grain d’orge.

Pixabay

Source: Pixabay

L’art de déguster

Première règle : jamais de glace! C’est le pire ennemi d’un grand whisky, alors ne demandez pas le vôtre « on the rocks »! Certains le coupent avec de l’eau pour faire ressortir le goût, mais il faut de l’expérience pour maîtriser le dosage. Idéalement, on boit l’eau à part du whisky pour qu’ils ne se mélangent pas.

De plus, on prend souvent des verres larges et cylindres, mais les connaisseurs recommandent plutôt des verres en forme de tulipe qui permettent une meilleure restitution des arômes en les concentrant. Avant la première gorgée, prenez le temps de sentir et faites tourner le whisky pour étudier les dépôts sur la paroi, ce qui peut en dire long à son sujet.

Les meilleures adresses à Montréal

Seul ou entre amis, la dégustation du whisky s’accompagne souvent d’un cérémonial. Chose certaine, évitez les pièces trop chaudes, sombres ou enfumées. Le Burgundy Lion, Whisky Cafe et L’Île Noire sont les premières adresses que vous devriez fréquenter dans la métropole. N’oubliez pas le club Whisky Montréal, qui organise des événements une ou deux fois par mois et publie en ligne un super guide de dégustation.

En direct de 19:00 à 00:00
1358
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.