Aller au contenu
Anthony

Écouter en direct

Anthony

En ondes jusqu’à 15:00

Bilan de mi-saison des Canadiens

L'objectif de Kent Hughes: trouver l'équilibre

L'objectif de Kent Hughes: trouver l'équilibre
Le directeur général des Canadiens, Kent Hughes. / PC/Graham Hughes
0:00
7:26

Équilibre. Le mot est revenu comme un leitmotiv durant le point de presse de mi-saison du directeur général des Canadiens de Montréal, Kent Hughes, qui a été nommé à ce poste il y aura un an, demain.

Qu’est-ce qui, selon lui, l’a grandement aidé, dès le départ?

«Plus que d’autre chose, j’avais un certain accès, ou une vision des 32 organisations en tant qu’agent. Donc, j’avais une certaine appréciation de comment ça se gérait de l’intérieur. Il y a besoin d’avoir un équilibre dans toute chose. Présentement, si on parle de notre équipe, c’est comment on peut trouver le bon équilibre de développement des joueurs et gagner.»

Le développement

Les Canadiens ont un grand nombre de jeunes en développement au sein de la formation, notamment Juray Slafkovsky, 18 ans, qui vient de nouveau de se blesser et dont la saison est, à toutes fins pratiques, terminée. Comment gérer le développement de ceux-ci?

«Il n’y a pas qu’une façon uniforme de développer un joueur. Chaque joueur a son lot d’atouts, d’habiletés et sa personnalité. Au hockey, le jeu va tellement vite. On passe de l’attaque à la défense en une fraction de seconde. Tu as des responsabilités sur la patinoire. Tu réagis beaucoup.

«Ici, on tente d’inculquer à Juraj comment il peut avoir du succès en Amérique du Nord. Ce n’est pas nécessairement naturel. Son développement va se faire par étapes. Pas du jour au lendemain. Sinon, tu penses sur la patinoire au lieu de réagir. Justin Barron, pour sa part, on l'a envoyé dans la Ligue américaine et on voit l’amélioration.»

La priorité: Cole Caufield

Après avoir mis Nick Suzuki à contrat à long terme, ça sera sous peu le tour de Cole Caufield, le meilleur franc-tireur au sein de l’équipe depuis quelques décennies. Où en est ce dossier?

«Une chose est sûre, on veut que Cole Caufield soit avec nous à long terme. Je crois que Cole Caufield veut rester avec nous à long terme. On parle beaucoup de transparence de l’organisation… Il y a un aspect où je ne veux probablement pas trop être transparent, c’est au niveau des négociations. 

«Mon expérience comme agent a toujours été… Il y a des négociations qui se déroulent très vite et d’autres prennent beaucoup de temps. Ça ne veut pas dire qu’il n’y a des problèmes dans les négociations. Mais si c’est connu de tout le monde, je trouve qu’il y a beaucoup de spéculations qui peuvent devenir des distractions pour le joueur et pour l’organisation. Mais oui, c’est la priorité : 100 %»

«Notre objectif est toujours de trouver un échange qui fonctionne pour les deux équipes. Dans la plupart des échanges faits, je pense que ça a fonctionné pour les deux équipes. Ça dépend de qui est acheteur, de qui est disponible. Le marché, on ne voit pas beaucoup d’échange, parce que le plafond salarial est un problème pour plusieurs équipes.»

Les deux faces d’une même réalité

Le Canadien veut développer une attitude gagnante… au moment où le prochain repêchage s’annonce une cuvée exceptionnelle. Comment Kent Hughes compose-t-il avec les deux faces d’une même réalité?

«C’est l’équilibre. C’est toujours de trouver l’équilibre. J’ai dit à un moment donné à Martin (St-Louis) qu’on est rendus à une étape où les victoires sont bonnes, mais jusqu’à un certain point. Et que les défaites ne sont pas bonnes, mais jusqu’à un certain point (sourire).

«Je ne crois pas à mettre une équipe qui ne va pas gagner. Où il n’y a aucune responsabilité des joueurs envers l’équipe... Dans ce contexte, les joueurs deviennent très individualistes et tu ne peux pas gagner dans la Ligue nationale avec 23 joueurs individualistes. Quand les joueurs embarquent sur la glace, c’est pour gagner le match.»

0:00
6:45

Le Canadien est très souvent compétitif, mais il n’est certainement pas prétendant au titre, ni même à participer aux séries éliminatoires. Le Tricolore a-t-il un échéancier?

«Je ne pense pas que je peux donner une réponse parce que, parfois, des chances se présentent où tu fais un échange et tu vas chercher un choix de repêchage. Ce choix sera un joueur de 18 ans qui n'est peut-être pas prêt à jouer dans la LNH. D'autres fois, tu peux prendre ce choix et l'échanger contre un Kirby Dach encore jeune, mais plus prêt pour aider l'équipe à gagner plus tôt. 

«C'est comme nos défenseurs. On a un bon noyau, mais on a des choses à ajouter avant qu'on soit prêts à rivaliser avec des clubs du calibre du Lightning de Tampa Bay ou de l'Avalanche du Colorado. On va essayer de le faire le plus vite possible, mais on ne va pas précipiter les choses. Il faut qu'on soit patients, prudents, mais stratégiques.»

L'émergence de Montembeault

Il n’y a pas que des vétérans qui pourraient intéresser certaines équipes à la date butoir des échanges. Le gardien Samuel Montembeault pourrait être du nombre. Hughes assure qu’il n’est pas sur le marché.

«On veut le garder. Il connaît une très bonne séquence dans le moment. Il est encore jeune comme gardien dans la Ligue nationale. (...) On voit qu'il a un certain potentiel. Il a beaucoup de choses à vivre encore comme gardien, mais on voit le potentiel. Alors c'est sûr qu'il ne s'en va nulle part.»

Abonnez-vous à l’infolettre du 96.9 CKOI!Abonnez-vous à l’infolettre du 96.9 CKOI!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.
L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Anthony
En direct
En ondes jusqu’à 15:01