Aller au contenu
Ventes automobiles

L’année 2022 s’annonce pire que celle de la pandémie (2020)

L’année 2022 s’annonce pire que celle de la pandémie (2020)
Selon le groupe d’analyse Cox Automotive, les ventes de véhicules neufs vont être pires en 2022 qu’elles l’ont été en 2020, l’année de la pandémie. Les problèmes de la chaîne d’approvisionnement, causée par la crise sanitaire mondiale elle-même, en sont la principale cause.
Auto123.com

En 2020, l’année correspondant à la pandémie, l’économie a littéralement fermé ses portes et les ventes automobiles ont connu une chute spectaculaire. En 2021, on a eu droit à un certain rebondissement, mais ce dernier n’a pas été aussi spectaculaire qu’attendu.

C’est attribuable à des facteurs étroitement liés ; certains resserrements des mesures un peu partout à travers le globe en raison de vagues successives de COVID-19, puis les problèmes de pénurie de puces électriques et de chaîne d’approvisionnement.

Or, pendant que les plus optimistes prévoyaient un certain retour à la normale en 2022, voilà que le problème d’approvisionnement est plus criant que jamais. Les constructeurs sont touchés à différents niveaux et le marché n’a jamais été aussi fou. Quant aux stocks automobiles, ils n’ont jamais été aussi bas.

Consultez les véhicules à vendre disponibles près de chez vous

Voilà pourquoi le groupe Cox Automotive, qui effectue des analyses et des prédictions sur l’industrie, revoit une nouvelle fois ses prévisions de ventes de véhicules à la baisse pour l’ensemble de l’année 2022 aux États-Unis. Par ricochet, le Canada subit le même sort.

Et les prédictions sont pessimistes à ce point que Cox Automotive croit qu’il va se vendre moins de véhicules neufs cette année, 14,4 millions d’unités, contre 14,6 millions en 2020. Au départ, on croyait que 16 millions de véhicules seraient vendus en 2022, puis la prévision avait été révisée à 15,3 millions il y a quelques mois. Et voilà qu’elle est de nouveau réduite.

C’est simple, les annonces concernant la réduction de la production ici et là sont légion par les temps qui courent à travers l’industrie.

Dans une usine BMW

Selon les prévisions de Cox, les ventes de juin devraient avoisiner 1,2 million, soit une baisse de 7,5 % par rapport aux 1,3 million de ventes de l’année dernière. La plupart des constructeurs publieront demain leurs résultats de juin et du deuxième trimestre de l’année.

Depuis juin 2021, les ventes mensuelles s’établissent en moyenne à 1,1 million d’unités par mois. Dans ce contexte, « il est tout simplement impossible, compte tenu des dernières prévisions de production, d’atteindre les 15 millions d’unités d’ici la fin de l’année », a déclaré Jonathan Smoke, économiste en chef chez Cox Automotive.

Et la demande reste stable, quoique cette dernière pourrait s’estomper un peu d’ici la fin de l’année en raison de l’inflation et des taux d’intérêt plus élevés. Malgré tout, « il y a toujours une demande supérieure à ce que nous avons de disponible », a déclaré Charlie Chesbrough, économiste principal chez Cox Automotive.

Et à quand peut-on s’attendre à un retour à la normale ? Les plus optimistes parlent du début de 2023, ceux qui se disent plus réalistes opinent pour l’année 2024.

Les Kia EV6 et Hyundai Ioniq 5, deux modèles en rupture totale de stock présentement

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Pluuus de hits
En ondes jusqu’à 12:00
En direct
75