nc-logo-fb-simplenc-logo-twitternc-logo-pinterestnc-logo-instagram nc-logo-youtubenc-logo-google-plusnc-logo-rss nc-zoom-2nc-calendar-grid-61 nc-simple-removenc-button-plaync-button-pause nc-button-stopnc-curved-nextnc-tail-rightnc-tail-leftnc-volume-ban nc-volume-97 nc-volume-93nc-sun-cloud-hail nc-sun-cloud-light nc-sun-cloud nc-sun-cloud-fog nc-email-84nc-headphonenc-ic_photo_library_24pxnc-flash-21nc-single-02 nc-bars

Un lancer protocolaire qui manque la cible

Un lancer protocolaire qui manque la cible

Jordan Leandre est un habitué des terrains de baseball. En 2004, alors qu’il avait 4 ans, il avait ému la foule du Fenway Park en chantant l’Hymne national. Atteint du Sarcome D’Ewing, un cancer qui menaçait qu’on doive amputer sa jambe gauche.

Il y retourna en 2007 pour compléter un tour des coussins devant une foule en liesse, prouvant qu’il gagnait peu à peu le combat contre le cancer.

Leandre est maintenant un lanceur au niveau secondaire, et ses coéquipiers doivent sûrement se gratter la tête, suite à ce fabuleux lancer survenu mercredi soir dernier, devant l’équipe de 1967 des Red Sox, surnommée le «Rêve Impossible».

Son lancer, complètement raté, est allé pleine vitesse dans la zone sensible du photographe Tony Capobianco, qui a quand même eu le temps de capter l’image de la balle en direction de ses bijoux de famille.

Sur Twitter, Tony a trouvé une façon humoristique de traiter la situation.

Lâche pas, Jordan !

Québec original

En direct de 10:00 à 18:00

1032
100

Québec original

avec Bryan Audet

Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.