nc-logo-fb-simplenc-logo-twitternc-logo-pinterestnc-logo-instagram nc-logo-youtubenc-logo-google-plusnc-logo-rss nc-zoom-2nc-calendar-grid-61 nc-simple-removenc-button-plaync-button-pause nc-button-stopnc-curved-nextnc-tail-rightnc-tail-leftnc-volume-ban nc-volume-97 nc-volume-93nc-sun-cloud-hail nc-sun-cloud-light nc-sun-cloud nc-sun-cloud-fog nc-email-84nc-headphonenc-ic_photo_library_24pxnc-flash-21nc-single-02 nc-bars

Impact: des joueurs étrangers qui coûtent cher

Impact: des joueurs étrangers qui coûtent cher
PC

Saphir Taïder

À la suite du dévoilement des salaires des joueurs par l’Association des joueurs de la MLS la semaine dernière, une chose est devenue très claire aux yeux des amateurs de l’Impact de Montréal : le recrutement international coûte cher.

De ses 28 joueurs, l’Impact en compte 16 qui sont nés en sol canadien ou américain. Ces 16 joueurs empochent au total 1,56M$ de la masse salariale de plus de 11M$. C’est donc dire qu’en moyenne, ces joueurs nord-américains (partants ou substituts) empochent un salaire annuel moyen de 97 500$.

Des joueurs étrangers qui coûtent cher

L’Impact est l’une des équipes de la MLS qui magasine le plus de l’autre côté de l’Atlantique. En fait, 12 de ses joueurs sont nés ailleurs qu’au Canada ou États-Unis.

Ces joueurs étrangers empochent un total de 9 584 000$, soit 86% de la masse salariale du club. Chaque joueur étranger gagne un salaire annuel moyen de 798 000$. C’est pratiquement huit fois le salaire d’un joueur local de la MLS.

Si l’on retire Ignacio Piatti de l’équation, lui qui touche 4,7M$ à lui seul, on se retrouve avec une moyenne de 440 000$ par joueur pour les 11 autres joueurs étrangers du club. C’est quand même plus de quatre fois le salaire d’un joueur d’ici.

Place internationale

Sans compter que l’Impact doit aussi faire l’acquisition d’une place internationale pour faire jouer ces joueurs. En ce moment, les places internationales vendues coûtent environ 150 000$. Il faut donc ajouter ce montant à l’équation.

Étant donné qu’ils possèdent aussi la citoyenneté américaine, Dominic Oduro et Clément Diop, tous deux nés ailleurs qu’au Canada et aux États-Unis, font exception à la règle et ne requièrent pas de place internationale.

Stratégie payante?

Après l’épopée Jesse Marsch, qui avait décidé de bâtir son équipe presque uniquement avec des joueurs nord-américains, l’Impact a choisi de s’en aller dans une autre direction. L’Impact s’est donc donné un visage plus international. On croyait, de cette façon, rendre le produit plus attrayant pour le public.

Aujourd’hui, on se rend compte que de faire venir ces joueurs étrangers coûte beaucoup d’argent et les résultats sont souvent mitigés. Montréal possède la cinquième masse salariale la plus élevée de la MLS et c’est en grande partie à cause de cela.

L’Impact ajustera-t-il le tir à ce niveau l’an prochain? Pour l’instant, la direction est prise avec l’équipe qu’elle a sous la main puisque la fenêtre des transferts restera fermée jusqu’au 10 juillet prochain.

Le show du dimanche soir

En direct de 20:00 à 00:00

1427
100

Le show du dimanche soir

avec Mylène Ledoux

Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.