nc-logo-fb-simplenc-logo-twitternc-logo-pinterestnc-logo-instagram nc-logo-youtubenc-logo-google-plusnc-logo-rss nc-zoom-2nc-calendar-grid-61 nc-simple-removenc-button-plaync-button-pause nc-button-stopnc-curved-nextnc-tail-rightnc-tail-leftnc-volume-ban nc-volume-97 nc-volume-93nc-sun-cloud-hail nc-sun-cloud-light nc-sun-cloud nc-sun-cloud-fog nc-email-84nc-headphonenc-ic_photo_library_24pxnc-flash-21nc-single-02 nc-bars

La NASA a publié des images de l’iceberg géant

La NASA a publié des images de l’iceberg géant
NASA/NATHAN KURTZ

L'iceberg A68 vu de face

Deux fois par année, la NASA envoie son avion spécial, le Orion P-3 au-dessus de l’Antarctique afin de mesurer et documenter les effets des changements climatiques sur ce continent. Cette opération, nommée IceBridge décolle de Ushuaia en Argentine et se dirige vers la Barrière de Larsen, composée de trois parties : la plus petite, Larsen A, Larsen B et la plus grosse, Larsen C.

C’est cette partie, Larsen C qui avait fait parler d’elle plus tôt cette année, car un immense iceberg s’en était détaché autour du 12 juillet passé. Cet iceberg, nommé A68, est l'un des plus gros jamais recensés, et même si il a perdu des morceaux depuis, reste un bloc de glace titanesque.

Vous pouvez constater sa taille immense dans cette image, comparé à la ville de Montréal.

Source: Wikipedia/composition

Le 16 septembre dernier, on a vu les premières images satellite de A68, qui ne s’était pas encore éloigné de la Barrière de Larsen dont il s’était détaché.

Source: NASA

Cette semaine, la NASA a publié des images impressionnantes de A68, qui fait son petit bout de chemin dans l’océan, nous rappelant que le réchauffement climatique n’est pas à prendre à la légère. Quoique inoffensif en soi, sauf pour les bateaux qui passent dans le coin, A68 est un signe évident de la détérioration de la calotte glacière, qui entraîne une accélération de la fonte des barrières de glace.

La principale conséquence de cette fonte des glaces aura un impact majeur et grave pour l’humanité, augmentant progressivement le niveau des océans d'environ 2 mètres au total d’ici les 80 prochaines années.

Et selon un groupe de 15 000 scientifiques de 184 pays qui a publié un message alarmant cette semaine, il est pratiquement trop tard pour renverser cette tendance.

Plus détails : Business Insider | Mashable | NASA

La nuit de tous les hits

En direct de 00:00 à 05:30

765
100

La nuit de tous les hits
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.